Homélie du 19 mai 2019

Je vous donne un commandement nouveau : c’est de vous aimer les uns les autres

Dimanche, 5ème Semaine du Temps Pascal - Année C

Une homélie de fr. Grégoire Maertens

Mes soeurs, mes frères.

Que de contrastes dans les paroles de l'Écriture entendues a? l'instant ! Dans les Actes des Apôtres, Paul et Barnabe? parlent d'épreuves a? traverser tout en affirmant que Dieu est avec eux. Dans l'Apocalypse : même tableau : il y est question de larmes, de deuil, de cris, de douleur, de mort et, en même temps, de l'intervention de Dieu qui essuiera toute larme et fera disparaitre la mort. Et enfin l'Évangile : nous sommes a? la dernière Cène : au moment ou? la petite communaute? des Apôtres est fragilisée par la trahison de Judas et par le départ imminent du Maître qui ne leur a rien cache? du sort affreux qui l'attend, voila? que Jésus leur parle de gloire rendue a? Dieu et reçue de Dieu !

Gloire De Dieu ? Qu'est-ce que cette gloire vient faire au milieu de nos préoccupations électorales, des problèmes de la planète, de nos soucis familiaux, professionnels, communautaires, personnels....Ce n'est pas très « tendance » !

« Maintenant le Fils de l'homme est glorifie? » : glorifier quelqu'un, c'est, pour la Bible, lui donner toute son importance, lui reconnaitre sa valeur réelle, son véritable poids : c'est précisément au moment ou?, humainement, ça va au plus mal, que Jésus affirme que son Père lui accorde toute son importance ; bientôt il dira : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonne? » ; maintenant il se dit infiniment aime?et glorifie?par celui qu'a? son tour il glorifie, il aime.

Une question pour vous et bien sûr aussi pour nous, moines, qui avons tous les jours la bouche pleine de paroles et de chants : quand nous chantons « Gloire a? Dieu au plus haut des cieux.... » Avons-nous à l'esprit que nous chantons notre amour pour cet être Mystérieux annonce? par Jésus-Christ ; sommes-nous fous de joie de le connaître, de pouvoir le prier, de pouvoir le savourer comme on goûte un bon vin ?

L'essentiel est dit : possédé par l'amour du Père, Jésus est passe? en faisant le bien et maintenant, faites de même, nous dit-il, pas comme une leçon apprise et sous la menace d'un doigt vengeur mais parce que vous êtes fils et filles dans le Fils et que forts de cette tendre assurance vous pouvez alors, tant bien que mal, emboiter le pas a? celui de Jésus sur le chemin qu'Il nous a trace?. Je me permets de citer ici quelques lignes d'une homélie prononcée par notre frère Jean-Yves, a? la cathédrale de Bruxelles, le 5e?me dimanche de Pâques 2016, quelque mois avant sa mort :

« Les hommes et les femmes, touches par Jesus, vivent une nouvelle relation a? Dieu : souvent il est dit qu'alors les gens glorifient Dieu. Un Dieu plus ou moins lointain s'est fait tout proche, un Dieu menaçant et severe s'est fait présence miséricordieuse et heureuse.....Dieu s'offre comme bonheur dans l'existence ici et maintenant. Et Jésus invite ses disciples a? aimer ainsi, a? se comporter de telle sorte que Dieu devienne bonheur pour la vie au coeur meme de leurs relations entre eux et avec les autres....La? ou? l'amour est vraiment vécu on peut faire l'expérience que Dieu, maintenant déjà, commence a? demeurer avec nous : dans la resurrection nous pourrons en faire toute l'expérience, mais maintenant nous pouvons nous en offrir les uns aux autres un heureux avant-gout. »

Je ne sais pas si vous sentez comme moi, mais je cherche encore le secret de l'équilibre entre, d'une part, une profession de foi publique et courageuse en un Dieu dont nous reconnaissons la sollicitude pour chacune de ses créatures et, d'autre part, l'engagement discret et concret pour rendre plus humain et plus divin chaque milieu de vie ou? la Providence nous a placés. Si nous peinons a? trouver la réponse, patientons jusqu'a? dimanche prochain : il y sera question de l'Esprit-Saint que le Père enverra : Lui, nous enseignera tout !

Que nous faut-il de plus ?

 

Ayant réuni l’Église, ils rapportèrent tout ce que Dieu avait fait avec eux

En ces jours-là, Paul et Barnabé, retournèrent à Lystres, à Iconium et à Antioche de Pisidie ; ils affermissaient le courage des disciples ; ils les exhortaient à persévérer dans la foi, en disant : « Il nous faut passer par bien des épreuves pour entrer dans le royaume de Dieu. » Ils désignèrent des Anciens pour chacune de leurs Églises et, après avoir prié et jeûné, ils confièrent au Seigneur ces hommes qui avaient mis leur foi en lui. Ils traversèrent la Pisidie et se rendirent en Pamphylie. Après avoir annoncé la Parole aux gens de Pergé, ils descendirent au port d’Attalia, et s’embarquèrent pour Antioche de Syrie, d’où ils étaient partis ; c’est là qu’ils avaient été remis à la grâce de Dieu pour l’œuvre qu’ils avaient accomplie. Une fois arrivés, ayant réuni l’Église, ils rapportèrent tout ce que Dieu avait fait avec eux, et comment il avait ouvert aux nations la porte de la foi.

Ac 14, 21b-27

Le Seigneur est tendresse et pitié, lent à la colère et plein d’amour ; la bonté du Seigneur est pour tous, sa tendresse, pour toutes ses œuvres.

Que tes œuvres, Seigneur, te rendent grâce et que tes fidèles te bénissent ! Ils diront la gloire de ton règne, ils parleront de tes exploits.

Ils annonceront aux hommes tes exploits, la gloire et l’éclat de ton règne : ton règne, un règne éternel, ton empire, pour les âges des âges.

Ps 144 (145), 8-9, 10-11, 12-13ab

Il essuiera toute larme de leurs yeux

Moi, Jean, j’ai vu un ciel nouveau et une terre nouvelle, car le premier ciel et la première terre s’en étaient allés et, de mer, il n’y en a plus. Et la Ville sainte, la Jérusalem nouvelle, je l’ai vue qui descendait du ciel, d’auprès de Dieu, prête pour les noces, comme une épouse parée pour son mari. Et j’entendis une voix forte qui venait du Trône. Elle disait : « Voici la demeure de Dieu avec les hommes ; il demeurera avec eux, et ils seront ses peuples, et lui-même, Dieu avec eux, sera leur Dieu. Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur : ce qui était en premier s’en est allé. » Alors celui qui siégeait sur le Trône déclara : « Voici que je fais toutes choses nouvelles. »

Ap 21, 1-5a

Je vous donne un commandement nouveau : c’est de vous aimer les uns les autres

Au cours du dernier repas que Jésus prenait avec ses disciples, quand Judas fut sorti du cénacle, Jésus déclara : « Maintenant le Fils de l’homme est glorifié, et Dieu est glorifié en lui. Si Dieu est glorifié en lui, Dieu aussi le glorifiera ; et il le glorifiera bientôt.

Petits enfants, c’est pour peu de temps encore que je suis avec vous. Je vous donne un commandement nouveau : c’est de vous aimer les uns les autres. Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres. À ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres. »

Jn 13, 31-33a.34-35

pageData
Array
(
    [page] => Array
        (
            [title] => Homélie
            [description] => 
            [headerLogo] => Array
                (
                )

        )

    [description] => Monastère Saint-André de Clerlande
)
GET
Array
(
    [page] => liturgie
    [page2] => homelie
    [page3] => 9785
    [page4] => 
)
tooltip