Homélie du 25 décembre 2018

Généalogie de Jésus, Christ, fils de David

Nativité du Seigneur - Année C

Une homélie de fr. Pierre de Béthune

Au commencement était le Verbe(Prologue de saint Jean)

Pour célébrer dignement le jour de Noël, la liturgie nous propose les textes les plus solennels et le plus explicites : « Au commencement le Verbe était... » L'évangéliste a repris les premiers mots de la Bible : « Au commencement Dieu créa le ciel et la terre... », car le Christ est en Dieu, dès avant la création. Et plus loin : « Le Verbe s'est fait chair ; il a dressé sa tente parmi nous », comme jadis le Seigneur résidait dans la tente de la rencontre avec son peuple. L'essentiel de la nature du Christ est ainsi évoqué en ces quelques lignes du prologue.

Mais nous ne sommes pas venus ici pour célébrer un dogme ; nous nous sommes rassemblés dans cette chapelle pour accueillir dans notre vie la présence de Dieu, la paix promise. Durant cette nuit nous avons déjà pu goûter à cette paix et nous avons été invités à la répandre plus loin, autour de nous.

Mais revenons à ce prologue de Jean. En le méditant nous comprenons qu'il est bien sûr une révélation essentielle sur le Fils de Dieu, mais nous voyons qu'il est bien plus encore une invitation. Il est une annonce, oui, mais plus encore un appel. L'évangéliste veut en effet nous introduire dans une nouvelle relation avec le Christ. C'est le but de tout son évangile. En fait ce prologue est d'abord le partage de son expérience de foi, c'est à dire une expérience d'accueil.

Or vous avez noté qu'il y est d'abord question de non-accueil. Par trois fois l'évangéliste remarque que « les ténèbres ne l'ont pas reçu » ; « le monde ne l'a pas reconnu » ; « il est venu chez les siens, et les siens ne l'on pas reçu ». Déjà dans le récit de la naissance de Jésus l'évangéliste Luc notait qu'« il n'y avait pas de place à l'hôtellerie » pour ses parents, -- et ce n'est pas une remarque anecdotique. Les évangiles signalent souvent comment Jésus a été plus ou moins bien reçu, et que tant de personnes ont manqué l'occasion de l'accueillir ! Et cependant, dans la suite de ce prologue, l'évangéliste Jean énumère ce que reçoivent ceux qui accueillent malgré tout Jésus dans la foi : ils seront appelés enfants de Dieu, ils verront la gloire du Verbe fait chair, ils recevront « grâce sur grâce » et auront accès auprès du Père. L'intention de ce prologue est donc tout à fait claire : il invite le lecteur à accueillir le Christ dans sa vie, en vivant selon l'Évangile, tel qu'il le raconte par la suite.

Mais surtout il insiste : cela dépend de nous que Dieu puisse venir chez nous. Sans notre assentiment le plan de Dieu ne peut pas se réaliser. Il faut que le Verbe trouve un lieu où « venir habiter parmi nous ». Ici encore l'évangéliste Luc avait exprimé la même chose à sa façon : sans le consentement de la Vierge Marie à l'Annonciation rien n'aurait pu commencer. Pas d'incarnation de Dieu sans notre collaboration. Oui ! Il nous faut « aider Dieu » à réaliser son oeuvre chez nous.

Si donc nous ne voulons pas nous limiter à célébrer un évènement du passé, réalisé une fois pour toute à Bethléem de Judée, au temps de l'empereur Auguste, si nous voulons mettre en oeuvre cet accueil et offrir au Fils « une incarnation de surcroît », cela nous engage à beaucoup plus. Je pense ici à ce fameux petit texte d'Angélus Silésius, un poète allemand du XVIIème siècle qui disait : « Il m'importe peu que Jésus soit né à Bethléem, et même mille fois, s'il n'est pas né en moi ».

Mes frères, mes soeurs, il me semble que, pour entrer aujourd'hui dans le mouvement de Noël, il nous faut offrir à l'Enfant-Dieu de naître en nous, c'est à dire pratiquement de l'accueillir parmi nous. Cela signifie accueillir nos frères et soeurs, mais les accueillir enfin pleinement. Pas seulement par charité, dans la mesure où ils ont besoin de notre aide (ce qui est déjà tr !ès beau), mais en accueillant aussi en eux ce qui les dépasse, ce qu'ils ont de plus précieux et qu'ils ignorent même peut-être, bref : le divin en eux. C'est bien ainsi que nous accueillons concrètement le Christ aujourd'hui.

Bien sûr, cela ne nous dispense pas d'offrir l'hospitalité à ceux que nous pouvons aider, et de leur procurer le nécessaire. Le temps de Noël nous invite à élargir notre accueil et à donner une place parmi nous à ceux qui sont isolés ou abandonnés. Dans la mesure où nous le pouvons, nous devons partager notre chance avec ceux qui sont plus démunis, autour de nous. Mais je pense ici également à ceux qui nous sont proches, peut-être trop proches, pour que nous puissions toujours voir ce dont ils ont le plus besoin qu'on reconnaisse en eux, ce qu'ils ou elles ont de plus précieux et d'unique. N'est-ce pas le plus beau cadeau de Noël qu'on puisse leur faire ? C'est en tout cas ainsi que Jésus a rencontré André, Pierre, Marie-Madeleine, Lévi, Zachée, Nicodème. Si personne ne reconnait en de telles personnes un désir, une soif, une attente au plus profond d'elles-mêmes, elles risquent de perdre l'espérance. C'est en les reconnaissant ainsi que Jésus les a sauvés.

Or nous avons entendu dans l'évangile : « Il est venu parmi les siens, et les siens ne l'ont pas reconnu » et je me demande souvent si entre nous, par exemple dans notre communauté, notre famille, nous nous reconnaissons vraiment. L'habitude finit parfois par créer comme une distance d'avec leur coeur, un oubli, une ignorance de ce qu'ils sont vraiment. Alors un accueil mutuel renouvelé peut être une grâce merveilleuse, s'il n'est pas seulement dicté par un souci de bienfaisance, souvent un peu condescendante, mais par l'estime et l'admiration. Les rencontres autour de la Noël peuvent être des occasions pour nous accueillir plus pleinement, pour nous découvrir nouvellement, dans la joie, grâce à la joie partagée, et voir ainsi en ceux qui nous proches « la gloire de Dieu qui est en l'homme vivant », pour paraphraser une parole de saint Irénée de Lyon.

De fait l'évangile que nous avons entendu dit encore : « Le Verbe s'est fait chair et nous avons vu sa gloire ». La 'gloire' du Christ n'est pas uniquement cette lumière que quelques disciples privilégiés ont vu sur le visage de Jésus, lors de la Transfiguration. Elle nous est communiquée, à chacun de nous qui sommes « enfants de Dieu », aimés du Père, dès notre naissance. Mais pour cela aussi il nous faut avoir la foi, la capacité de discerner le divin en chacun de nos frères et soeurs. De cette façon nous pouvons continuer le mouvement que saint Jean évoque dans son prologue en accueillant ainsi les parcelles, les étincelles de divin incarnées en notre chair, et en leur offrant de vraiment « habiter parmi nous ». Reconnaitre en nos frères et soeurs la présence cachée de Dieu est une forme d'amour très pure, parce qu'en croyant ainsi en eux, peut-être plus qu'eux-mêmes, nous leur permettons secrètement de développer ce qu'il y a de meilleur en eux.

Oui, mes soeurs, mes frères, en espérant pleinement en nos frères et soeurs, en les accueillant pleinement, nous réalisons concrètement le mystère et la grâce de Noël. Et cela ne limite pas pour autant une capacité d'accueil plus large, pour ceux qui nous sont plus lointains et inconnus. Noël ne peut pas être une fête intimiste. Mais je crois qu'en veillant à la qualité de nos rencontres les plus immédiates, nous les libérons aussi de tout enfermement. Car l'attention aiguisée de la sorte nous rend plus attentionnés et plus inventifs pour aider concrètement ceux que nous rencontrerons ensuite. Elle nous permettra de trouver ensemble comment servir tous « les humains que Dieu aime », comme nous le chantons dans le Gloria, et porter autour de nous la paix, la joie qui viennent de l'enfant de Bethlehem.

 

Tous les lointains de la terre ont vu le salut de notre Dieu

Comme ils sont beaux sur les montagnes, les pas du messager, celui qui annonce la paix, qui porte la bonne nouvelle, qui annonce le salut, et vient dire à Sion : « Il règne, ton Dieu ! » Écoutez la voix des guetteurs : ils élèvent la voix, tous ensemble ils crient de joie car, de leurs propres yeux, ils voient le Seigneur qui revient à Sion. Éclatez en cris de joie, vous, ruines de Jérusalem, car le Seigneur console son peuple, il rachète Jérusalem ! Le Seigneur a montré la sainteté de son bras aux yeux de toutes les nations. Tous les lointains de la terre ont vu le salut de notre Dieu.

Is 52, 7-10

Chantez au Seigneur un chant nouveau, car il a fait des merveilles ; par son bras très saint, par sa main puissante, il s’est assuré la victoire.

Le Seigneur a fait connaître sa victoire et révélé sa justice aux nations ; il s’est rappelé sa fidélité, son amour, en faveur de la maison d’Israël.

La terre tout entière a vu la victoire de notre Dieu. Acclamez le Seigneur, terre entière, sonnez, chantez, jouez !

Jouez pour le Seigneur sur la cithare, sur la cithare et tous les instruments ; au son de la trompette et du cor, acclamez votre roi, le Seigneur !

Ps 97 (98), 1, 2-3ab, 3cd-4, 5-6

Dieu nous a parlé par son Fils

À bien des reprises et de bien des manières, Dieu, dans le passé, a parlé à nos pères par les prophètes ; mais à la fin, en ces jours où nous sommes, il nous a parlé par son Fils qu’il a établi héritier de toutes choses et par qui il a créé les mondes. Rayonnement de la gloire de Dieu, expression parfaite de son être, le Fils, qui porte l’univers par sa parole puissante, après avoir accompli la purification des péchés, s’est assis à la droite de la Majesté divine dans les hauteurs des cieux ; et il est devenu bien supérieur aux anges, dans la mesure même où il a reçu en héritage un nom si différent du leur. En effet, Dieu déclara-t-il jamais à un ange : Tu es mon Fils, moi, aujourd’hui, je t’ai engendré ? Ou bien encore : Moi, je serai pour lui un père, et lui sera pour moi un fils ? À l’inverse, au moment d’introduire le Premier-né dans le monde à venir, il dit : Que se prosternent devant lui tous les anges de Dieu.

He 1, 1-6

Le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous

Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement auprès de Dieu. C’est par lui que tout est venu à l’existence, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui. En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ; la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée.

Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde. Il était dans le monde, et le monde était venu par lui à l’existence, mais le monde ne l’a pas reconnu. Il est venu chez lui, et les siens ne l’ont pas reçu. Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu, eux qui croient en son nom. Ils ne sont pas nés du sang, ni d’une volonté charnelle, ni d’une volonté d’homme : ils sont nés de Dieu. Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité.

Jn 1, 1-5.9-14

pageData
Array
(
    [page] => Array
        (
            [title] => Homélie
            [description] => 
            [headerLogo] => Array
                (
                )

        )

    [description] => Monastère Saint-André de Clerlande
)
GET
Array
(
    [page] => liturgie
    [page2] => homelie
    [page3] => 8140
    [page4] => 
)
tooltip