Homélie du 6 mai 2018

Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime

6ème Dimanche de Pâques - Année B

Une homélie de fr.

Alors Pierre prit la parole et dit: « En vérité, je le comprends, Dieu est impartial: Il accueille, quelle que soit la nation » .

Soeurs et Frères, les textes bibliques de ce dimanche sont d'une grande richesse. Ils s'unifient dans l'expérience que fait Pierre : Dieu se fraie un chemin jusque dans les nations païennes et Il invite les évangélisateurs à ne pas contrarier sa décision.

Saint Jean nous dit dans la deuxième lecture « tous ceux qui aiment sont enfants de Dieu, car Dieu est Amour » ; dans l'évangile, Jésus nous dit « Comme le Père m'a aimé, moi aussi je vous ai aimés, Demeurez dans mon amour. »

Le texte des Actes montre que le projet de Dieu élargit l'horizon et les contours de la communauté chrétienne. Je ne peux m'empêcher de penser ici aux paroles du Pape François nous invitant a rejoindre les périphéries, quelles qu'elles soient.

C'est l'Esprit qui porte la parole de grâce et la fait agir, en terre inconnue.

Pour en revenir à Pierre, son arrivée a Césarée est précédée d'une guérison a Joppe, ville située au Carrefour des mondes juif et romain, et cela avant qu'il n'aille demeurer chez un certain Simon, son homonyme, qui fait profession de corroyeur, métier méprisé par le judaïsme pour ses liens avec les cadavres et le sang des animaux: c'est comme si Pierre, en son double, vivait déjà un appel au coeur même de son propre appel.

Pierre va connaitre une vraie conversion du coeur: il s'agit de voir les choses autrement. L'essentiel concerne bien le regard, un regard neuf que les hommes sont appelés à adopter sur les choses de Dieu et sur leur propre vie. Dieu est impartial.

Après Pierre c'est l'Évangile qui nous dévoile la manière dont Dieu travaille parmi les hommes. Non seulement « Dieu a tellement aimé le monde qu il a donné son Fils unique, non seulement Jésus, » ayant aimé les siens qui étaient dans le monde les aima jusqu'au bout « , mais encore, en réponse à cet amour premier et sans réserve, le disciple du Christ est invité à vivre un commandement nouveau, celui d'aimer à la manière du Christ : » aimez vous les uns les autres comme je vous ai aimés.”

Puisque l'amour vient de Dieu, nous devenons capables d'un tel amour qui nous fait participer à celui de Dieu. L'amour de Dieu pour nous est un amour source! Celui qui se sait aimé de Dieu devient capable d'être à son tour aimant de ses frères. Cet amour vécu par les disciples est le signe de leur naissance de Dieu.

Ils sont « nés » de Dieu et connaissent Dieu. Saint Jean synthétise tout ce développement par son affirmation célèbre « Dieu est Amour! » Telle est la confidence que Dieu fait à l'humanité. En finale de l'évangile, Jésus fait allusion à la parabole de la vigne développée dimanche passé.

Il s'agit pour nous de porter du fruit, des fruits que Dieu fait mûrir en nous : « Je vous ai choisis pour que vous portiez du fruit et que votre fruit demeure. »

« Qui donc est Dieu pour nous aimer ainsi? »

 

Même sur les nations païennes, le don de l’Esprit Saint avait été répandu

Comme Pierre arrivait à Césarée chez Corneille, centurion de l’armée romaine, celui-ci vint à sa rencontre, et, tombant à ses pieds, il se prosterna. Mais Pierre le releva en disant : « Lève-toi. Je ne suis qu’un homme, moi aussi. » Alors Pierre prit la parole et dit : « En vérité, je le comprends, Dieu est impartial : il accueille, quelle que soit la nation, celui qui le craint et dont les œuvres sont justes. » Pierre parlait encore quand l’Esprit Saint descendit sur tous ceux qui écoutaient la Parole. Les croyants qui accompagnaient Pierre, et qui étaient juifs d’origine, furent stupéfaits de voir que, même sur les nations, le don de l’Esprit Saint avait été répandu. En effet, on les entendait parler en langues et chanter la grandeur de Dieu. Pierre dit alors : « Quelqu’un peut-il refuser l’eau du baptême à ces gens qui ont reçu l’Esprit Saint tout comme nous ? » Et il donna l’ordre de les baptiser au nom de Jésus Christ. Alors ils lui demandèrent de rester quelques jours avec eux.

Ac 10, 25-26.34-35.44-48

Chantez au Seigneur un chant nouveau, car il a fait des merveilles ; par son bras très saint, par sa main puissante, il s’est assuré la victoire.

Le Seigneur a fait connaître sa victoire et révélé sa justice aux nations ; il s’est rappelé sa fidélité, son amour, en faveur de la maison d’Israël.

La terre tout entière a vu la victoire de notre Dieu. Acclamez le Seigneur, terre entière, sonnez, chantez, jouez !

Ps 97 (98), 1, 2-3ab, 3cd-4

Dieu est amour

Bien-aimés, aimons-nous les uns les autres, puisque l’amour vient de Dieu. Celui qui aime est né de Dieu et connaît Dieu. Celui qui n’aime pas n’a pas connu Dieu, car Dieu est amour. Voici comment l’amour de Dieu s’est manifesté parmi nous : Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde pour que nous vivions par lui. Voici en quoi consiste l’amour : ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, c’est lui qui nous a aimés, et il a envoyé son Fils en sacrifice de pardon pour nos péchés.

1 Jn 4, 7-10

Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour. Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi, j’ai gardé les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour. Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite. Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître. Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure. Alors, tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera. Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres. »

Jn 15, 9-17

pageData
Array
(
    [page] => Array
        (
            [title] => Homélie
            [description] => 
            [headerLogo] => Array
                (
                )

        )

    [description] => Monastère Saint-André de Clerlande
)
GET
Array
(
    [page] => liturgie
    [page2] => homelie
    [page3] => 5820
    [page4] => 
)
tooltip