Homélie du 22 janvier 2017

Il vint habiter à Capharnaüm pour que soit accomplie la parole d’Isaïe

3ème dimanche du Temps Ordinaire - Année A

Une homélie de fr. Dieudonné Dufrasne

L'hiver s'est installé chez nous et semble s'y plaire.

Sur RTL, le 1e février 1954, l'abbé Pierre annonce qu'il a trouvé le Christ sous les ponts de Paris, et invite, selon ses termes, à « l'insurrection de la bonté ».

Demandons au Christ de ne pas laisser nos coeurs s'engourdir par le gel de l'indifférence.

Puisse la chaleur de l'Esprit de feu nous suggérer des gestes concrets de solidarité et une attitude vigilante de compassion.

Ce mercredi 25, fête de la Conversion de saint Paul, se clôture la grande semaine de prière pour l'unité des milliers de chrétiens de toutes Traditions, Confessions et Cultures.

Demandons au Christ, Seigneur de l'Eglise universelle, d'accorder à tous ses disciples le pardon pour le scandale de leur division, et la grâce d'une parfaite harmonie de pensée et de sentiments en l'honneur de sa croix victorieuse.

Nous sommes ici des baptisés, appelés par Jésus, dans la lignée deux fois millénaire des premiers Apôtres au bord du lac de Galilée.

Dans certaines parties du monde, les chrétiens se font rares, alors qu'autre part ils deviennent de plus en plus nombreux.

Mais partout, l'Espérance est invincible.

Demandons au Christ, pour les jeunes particulièrement, la ferveur missionnaire, car c'est une grande lumière qui nous est confiée

pour tous ceux qui habitent dans les prisons spirituelles de l'ombre de la Mort.

Il n'y a pas une semaine, où ne nous parviennent, de nos familles, amis et connaissances, de tristes nouvelles de maladies incurables, de décès prématurés, d'échecs conjugaux, de précarités ou d'indigences matérielles.

Demandons au Christ de nous garder, à travers tout, dans la confiance en sa présence de guérison, et dans les forces de l'Amour qui sont les seules à pouvoir donner un sens à notre aventure humaine.

 

Dans la Galilée des nations le peuple a vu se lever une grande lumière

Dans un premier temps, le Seigneur a couvert de honte le pays de Zabulon et le pays de Nephtali ; mais ensuite, il a couvert de gloire la route de la mer, le pays au-delà du Jourdain, et la Galilée des nations. Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ; et sur les habitants du pays de l’ombre, une lumière a resplendi. Tu as prodigué la joie, tu as fait grandir l’allégresse : ils se réjouissent devant toi, comme on se réjouit de la moisson, comme on exulte au partage du butin. Car le joug qui pesait sur lui, la barre qui meurtrissait son épaule, le bâton du tyran, tu les as brisés comme au jour de Madiane.

Is 8, 23b – 9, 3

Le Seigneur est ma lumière et mon salut ; de qui aurais-je crainte ? Le Seigneur est le rempart de ma vie ; devant qui tremblerais-je ?

J’ai demandé une chose au Seigneur, la seule que je cherche : habiter la maison du Seigneur tous les jours de ma vie.

Mais j’en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur sur la terre des vivants. « Espère le Seigneur, sois fort et prends courage ; espère le Seigneur. »

Ps 26 (27), 1, 4abcd, 13-14

Tenez tous le même langage ; qu’il n’y ait pas de division entre vous

Frères, je vous exhorte au nom de notre Seigneur Jésus Christ : ayez tous un même langage ; qu’il n’y ait pas de division entre vous, soyez en parfaite harmonie de pensées et d’opinions. Il m’a été rapporté à votre sujet, mes frères, par les gens de chez Chloé, qu’il y a entre vous des rivalités. Je m’explique. Chacun de vous prend parti en disant : « Moi, j’appartiens à Paul », ou bien : « Moi, j’appartiens à Apollos », ou bien : « Moi, j’appartiens à Pierre », ou bien : « Moi, j’appartiens au Christ ». Le Christ est-il donc divisé ? Est-ce Paul qui a été crucifié pour vous ? Est-ce au nom de Paul que vous avez été baptisés ? Le Christ, en effet, ne m’a pas envoyé pour baptiser, mais pour annoncer l’Évangile, et cela sans avoir recours au langage de la sagesse humaine, ce qui rendrait vaine la croix du Christ.

1 Co 1, 10-13.17

Il vint habiter à Capharnaüm pour que soit accomplie la parole d’Isaïe

Quand Jésus apprit l’arrestation de Jean le Baptiste, il se retira en Galilée. Il quitta Nazareth et vint habiter à Capharnaüm, ville située au bord de la mer de Galilée, dans les territoires de Zabulon et de Nephtali. C’était pour que soit accomplie la parole prononcée par le prophète Isaïe : Pays de Zabulon et pays de Nephtali, route de la mer et pays au-delà du Jourdain, Galilée des nations ! Le peuple qui habitait dans les ténèbres a vu une grande lumière. Sur ceux qui habitaient dans le pays et l’ombre de la mort, une lumière s’est levée. À partir de ce moment, Jésus commença à proclamer : « Convertissez-vous, car le royaume des Cieux est tout proche. »

Mt 4, 12-17

pageData
Array
(
    [page] => Array
        (
            [title] => Homélie
            [description] => 
            [headerLogo] => Array
                (
                )

        )

    [description] => Monastère Saint-André de Clerlande
)
GET
Array
(
    [page] => liturgie
    [page2] => homelie
    [page3] => 3273
    [page4] => 
)
tooltip